[easy website builder software] [web page software] [Accueil]
[]
[Section 2]
[Section 4]
[Page8]
[Accueil]
[Page 9]

*

*

  

  

«Roses Anciennes André Eve» (www.roses-anciennes-eve.com),

un plan  au niveau du remplacement et du choix de variétés qui se complètent , qui aient la même durée de vie,… et  qui se supportent ! car on le sait, les plantes en général ne sont pas toujours bonnes camarades !


Nantis de ces recommandations données avec la simplicité des vrais pro, on se dit qu’il y a encore tellement à apprendre… et à appliquer, « qu’elle est quand même belle la vie »  quand on a la chance, qu’il soit grand ou petit, d’avoir un jardin !

Nous avons donc entrepris un redressement de longue haleine : Faire faire le travail par une entreprise ? Quelle frustration pour un vrai jardinier ! Mais, devenus  sages  par  expérience,

nous avons décidé de prendre conseil et demandé   aux

  

Le regretté André Eve à la Symphorine

Il faut reconnaître que nos rosiers, surtout pour les buissons, ont été au début, achetés au coup de cœur, sans véritable vision d'ensemble.

Mais, pour les rosiers buissons le long de l’allée, que d’erreurs ! Au fil des années nous nous sommes retrouvés avec des grands sujets surplombant des petits, des rouges vermillon à côté de roses fuchsia, des polyanthas près de fleurs isolées…Et comment, sans avoir mauvaise conscience se séparer d’un rosier qu’on aime pour lui-même ?

Heureusement, le jardinage crée des relations et nous avons  sans trop de regret quand même réussi à « caser » un certain nombre de nos pensionnaires (sachant que pour les remplacer il faudra, pour éliminer les toxines bienfaisantes  pour l’un et néfastes pour un autre, changer la terre sur 5OX5OX5Ocm…).


Evidemment, pour harmoniser en taille et en couleur, il aurait été facile dès le départ  de choisir une fois pour toutes une même variété dans une même couleur ! Mais pour  nous,  jardiner ne peut pas rimer avec uniformité.

Pour les rosiers anciens, les rosiers-liane et les grimpants, pas ou peu d’erreurs semble-t-il : nous sommes très fiers de notre vieux rosier des « 7 sœurs », de l’Alberic Barbier qui déborde le porche d’entrée, de l’increvable Clair Matin et  du précieux New Dawn, du Ville de Bruxelles(1846), dans les lieux avant nous  et qu’il n’a pas été facile d’identifier, du Ghislaine de Féligonde la coqueluche des jardiniers avec Pierre de Ronsard, de la pudique Mme Alfred Carrière qui habille le tronc dénudé d'un vieux merisier, du jeune Suzon multicolore à couper le souffle, des deux énormes Coraline provenant de petites boutures de rien du tout, de l'Excelsa qui grimpe à 6 m dans un gros chêne, du Jaune Desprez dernier soupir de son créateur, du rosa chinensis mutabilis, du rosa palustris qui se penche au-dessus de l’eau, du très ancien rosa rubrifolia, du Narrow water en bagarre permanente avec un puissant chèvrefeuille, du, Reine des Violettes (1860) situé comme par hasard près des  grands heleniums jaunes d’or, du Crépuscule qui comme son nom ne l’indique pas apprécie le plein soleil …

Restait l’essentiel :


Garnir la descente d’allée,  les portiques, les arceaux et le mur de pierres tout au fond de la partie haute du jardin. De toute évidence  les rosiers en seraient les rois. Ils sont maintenant un peu plus de 250 dont 70 variétés différentes, et sous toutes les formes libres ou structurées en usage dans les roseraies traditionnelles. (Seul aucun rosier-tige  n’a  encore trouvé  la bonne situation, mais nous sommes ouverts à toute  suggestion…)

La roseraie

La Symphorine

Amet

Sit

Dolor

Ipsum

Lorem

Deutsch

Italiano

Nederlands

Français

English

Español

nisi ut aliquip ex ea commodo consequat

quis nostrud exerci tution ullam corper suscipit lobortis

Ut wisis enim ad minim veniam

St lacreet dolore magna aliguam

Sed diem nonummy nibh euismod tincidunt

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer