[build your own website] [easy website builder software] []
[Section 3]
[Section 5]
[Page 11]
[Page 12]
[Accueil]
[Page 10]

*

*

*

 complétés par des sujets plus modestes tels un cornouiller du  Japon controversa

et aussi des buddleyas jaunes pour attirer les papillons !

  

Et pour pousser le bouchon...


l'avancée d'un ponton confortable qui "projette" au-dessus de l'eau et offre d'amont en aval une vue dégagée sur notre chère rivière.

La Symphorine

Quelques grands arbres existants (chênes, noisetiers, merisiers, frênes, sureaux, érables, aulnes, saules), ont été

Autre type de culture (en pots immergés) et de surveillance défensive : ici pas de chenilles  ni de pucerons, mais des ragondins qui coupent les tiges, des poules d’eau qui font un nid au cœur de la plante .. et qui l’oublient aussitôt, et le cygne blanc du château qui rapplique quand on a des visiteurs et qui fouaille la rive à l’occasion…

  

Notre fierté : avoir réussi, en créant tout au long des lignes sinueuses, des « barre-route » et des chambres de verdure, à compenser en trompe-l’œil l’étroitesse  du « jardin frais ». Le bras de rivière joue son rôle aussi en ouvrant un espace de vue supplémentaire sur les prairies du château…

 Bien sûr, des plantes aquatiques le bordent ce bras de rivière.

    Là, c’est autre chose...

Passons à la 2eme partie du jardin : le « jardin  frais».

pétasites japonais géants, aux plages de bruyères d’hiver, aux parterres de graminées, de dômes de géraniums vivaces, de massifs d’hémérocalles colorés et de menthes odorantes et variées...… réserves implantées selon les zones d’ombre ou de soleil appropriées.

Entre ces fortes personnalités, ont donc réussi à se faufiler, acanthes,  hydrangeas (Quercifolia, Annabelle et autres paniculata), hostas, euphorbes, fougères de collection, brunnera à fleurs de myosotis, bergenia, hellebores ponctués, chèvrefeuilles, hémérocalles, heucheres  (royal purple, caramel et cancan), houttuyania aux  couleurs délicates …et à l’odeur qui l’est beaucoup moins, alchemilla mollis (manteau de la Vierge), et autres campanules pyramidalis… Et quelques rosiers ayant débordé la roseraie : l’extraordinaire chinensis mutabilis et le rarissime palustris, cadeau  amical d’Anne-Marie  dont le célèbre Jardin  se trouve  à moins d’un km à vol de héron !

  

Peut-être grâce à l’ambiance apaisante de l’eau environnante, les plantes, les arbustes ont trouvé  successivement et naturellement leur place en contrepoint  de  quelques « réserves » destinées aux bambous (une douzaine de variétés),   aux   gunneras,   aux

En dehors des fans de rosiers, cette partie basse du jardin est la préférée de nos visiteurs


qui en apprécient (dixit), les « tableaux » successifs.Elle nous plait bien aussi  par  l’évolution permanente de ses végétaux de terre acide, pourtant tous jardinés à la même enseigne : un bon compost distribué largement au printemps sur toute la surface des massifs, puis plus parcimonieusement 2 fois avant l’hiver au pied des plantes, une surveillance policière pour que les unes  n’étouffent pas les autres...et quelques mots gentils pour stimuler les paresseuses !

  

Le jardin frais

Amet

Sit

Dolor

Ipsum

Lorem

Deutsch

Italiano

Nederlands

Français

English

Español

nisi ut aliquip ex ea commodo consequat

quis nostrud exerci tution ullam corper suscipit lobortis

Ut wisis enim ad minim veniam

St lacreet dolore magna aliguam

Sed diem nonummy nibh euismod tincidunt

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer